statuettes

Aujourd'hui, je change de bureau

L'avantage de mon activité, et surtout du lieu où je la pratique, c'est de pouvoir changer de bureau comme bon me semble.

Je sais que c'est un privilège, aussi le partager avec vous est un réel plaisir.

Ce nouveau lieu magique, je suis passé devant des centaines de fois sans jamais penser à m'y poser pour le découvrir. Si j'avais eu cette idée bien avant, cela m'aurait surement évité mes exploits traumatisants pour mon postérieur de l'autre jour...

Voici donc mon nouveau décor de travail.

Vue à gauche 

Vue à droite 

Malgré la barrière de corails, j'y ai trouvé une mine encore inexploitée de bois flotté.

Imaginez ma joie....et surtout ma cueillete du jour...

C'est donc avec mon sac à dos complettement débordant que je suis rentré.

Dans un prochain billet, je vous ferai découvrir mes trouvailles en attentes de créations.

Bonne journée à vous.

Le Bois Flotté se mérite...

Aujourd'hui, 31 mars, je me suis décidé à retourner visiter une ravine que je sais remplie de boi flotté et que j'avais un peu délaissée depuis quelques temps.

Située à 10 minutes de mon domicile, il ne me fallait pas d'autre raison pour enfourcher mon fidèle destrier malgré un soleil de plomb et un mercure avoisinant allègrement les 32 degrés...

Arrivé sur le lieu tant convoité, je vous laisse découvrir le panorama.

 

Là ont commencés mes ennuis...

En effet, j'avais quelque peu oublié que dans l'hémisphère sud, baigné par le soleil, il suffit de quelques pluies pour que la nature reprenne ses droits.

La descente, très pentue, reste aléatoire quant à l'équilibre de celui qui la pratique et une fois en bas, remerciant le ciel d'avoir encore une fois échapé aux diverses fractures et bobos en touts genres, je me rends compte que les sentiers qui mènent à la grève n'existent tout simplement plus.

Rayés du panorama, effacés, engloutis par la végétation luxuriante, bannis du regard... il n'y a plus d'accès.

Qu'à cela ne tienne, je ne suis pas homme à renoncer à ma quête.

Devinant le départ encore perceptible de l'un d'eux, je décide de tenter mon va tout.

Quelques épineux à écarter (ouille! ca pique !) et me revoilà devant un éboulis de rochers, seule voie vers le trésor tant espéré...

La délivrance n'est plus qu'à 3 mètres au dessous... (MEME PAS PEUR !!!)

Pffff!

Re-Pfffff!

Enfin ... L'ai-je bien descendu ... ?!

J'imagine que mon posterieur s'en souviendra encore demain...

 

OUF !!! J'y suis.

Au travail...

 

L'océan semble agité mais ce spectacle se rajoute au bonheur de glaner du bois flotté, tant mérité, dans un tel décor.

 

Ma récolte fructueuse est composée de bois et de galets. (J'ai en effet pour projet de percer un gros galet...)

Le sac à dos rempli, je vous laisse imaginer le retour, la remontée,  avec 25 kgs sur le dos.

En fait c'est très simple : relisez le texte en remontant et remplacez le posterieur par les genous et les paumes de mains.

Je vous l'ai dit: le bois flotté se mérite mais si c'était facile... cela ne m'amuserait sans doute pas. Sourire

A très vite pour d'autres nouvelles.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site